Excursions aux îles Pontines

Excursions Palmarola

56 km de Formia, 23 du promontoire du Circeo. Au large du golfe de Gaète, dans une mer Tyrrhénienne traversée de mythes, une sirène de tuf s'étend placidement à l'horizon. Chuchotant, aux marins de mai, mille bonnes intentions pour l'été à venir. Voici Palmarola, la plus occidentale des îles Pontines: sauvage, recueillie, enchantée, suspendue à des miroirs immobiles d'eau émeraude. Mais surtout inhabitée: étant donné que les 7 milles de la grande sœur Ponza, autrefois parcourus en une demi-journée à l'aviron ou à la voile latine (aujourd'hui 50 minutes de goitre suffisent) ont suffi avec le temps à la rendre inaccessible, du moins en la mauvaise saison.

136 hectares de superficie, déclinés en une succession de collines verdoyantes, pas un village, pas une route, un seul débarcadère sûr, celui de la grande plage de galets de Cala di Porto, un seul restaurant avec une poignée de chambres, une seule , villa très privée. Habitants stables établis au cours des siècles, (petit groupe d'ermites à part): un, San Silverio, glorieux pape envoyé en exil par les Byzantins et mort ici en 538 d. C. À qui sont dédiées une pile spéciale et une petite chapelle: d'où, chaque premier dimanche de juin, les célébrations en son honneur commencent par une cérémonie suggestive sur la mer. Devenu entre-temps, par acclamation populaire, le saint patron de l'archipel et gardien des naufragés et des marins: au point de paraître leur venir en aide. Bref, Palmarola comme une île qui n'existe pas, un ancien volcan à la nature imposante, un refuge à l'abri de la foule en délire. Même considéré par Folco Quilici, certainement pas le dernier marin d'eau douce, "l'une des plus belles terres émergées de la planète".

Et en effet, l'eau cristalline de Cala Brigantina, une véritable piscine naturelle abritée par le long rocher de Suvace (sole, en dialecte de Ponza), vous laisse banni, ienno mare mare, aller à la mer dans l'air chaud du printemps. Mais aussi, plus au sud, le bleu intense de la Grotta di Mezzogiorno, à l'intérieur de la pile du même nom. Accompagné du noir éclatant de l'obsidienne, objet de précieux métiers dans l'antiquité, serti par endroits (unique en Méditerranée !) sur les majestueux rochers de la Galère, côté ouest.

Partout Palmarola, en se révélant en naviguant sous la côte, exhibe son ADN volcanique: du basalte gris des rochers aux imposants arcs-boutants de Le Cattedrale, une formation rocheuse «de style gothique» près de Cala Tramontana qui s'élève du bleu du fond marin. Plus haut, le long des falaises, quand l'ocre du tuf est envahie par la végétation, le vert des euphorbes, de la bruyère, du mastic, des palmiers nains / palme nane (d'où le nom!) et, partout, le jaune du genêt explose local, si dur qu'il mérite le nom de 'uastaccetto, hache ruina, à cause de son bois très dur.

Possibilité de trekking sur l'île ? Très peu. Des quatre chemins du passé, un seul est encore partiellement praticable. Non balisé, il part de Cala dei Vricci (brèche, brecciolina à Ponza) et monte à travers la végétation dense jusqu'à un belvédère surplombant Cala del Porto, du côté ouest. Griffures mises à part, le rendement en vaut la chandelle: car d'ici, grâce à l'eau d'un bleu incroyable, les pierres de la baie se comptent une à une.

Mais comment Palmarola a-t-elle pu rester Palmarola au fil des décennies? L'éloignement du continent a sans aucun doute joué son rôle : contribuer à rendre difficile tout type de spéculation immobilière, avec près de 80 km de pleine mer. Mais les ponzesi ont beaucoup contribué, très attachés à leurs rochers. Et à leurs terres : divisée en propriétés très morcelées, Palmarola, bien que non habitée en permanence, était régulièrement cultivée jusqu'à il y a 50 ans, notamment par les femmes. Qui, avec des mains robustes et de l'acier trempé, tirait du blé, de l'orge, du raisin, des fruits et des lentilles des terrasses bien entretenues. Même attraper des homards.

Preuve de leur ancienne présence, les maisons troglodytes dispersées dans certaines parties de l'île, creusées dans plusieurs pièces dans la roche friable, maintenant assez équipées, résidence secondaire de nombreuses familles de Ponza, rarement louées aux touristes spartiates. La même chose s'applique à tout ce 'ncoppa Vardella, au-dessus de Capo Vardella, dans une position super panoramique surplombant l'eau et pour cette raison appelée Nido del Gabbiano. Là où les dimanches de printemps, il est facile de croiser des groupes de jeunes Ponzesi, arrivés la veille avec des bateaux, désireux de pêcher ou de nettoyer les asperges sauvages. «Ponza? Pour nous, c'est le continent. L'île, c'est Palmarola!», explique l'un d'eux. "Nos origines, notre liberté sont ici...et nous revenons ici au plus vite, même en hiver". Bien entendu, si le temps le permet: car même en période de puissants hors-bord, les ondes de tempête peuvent empêcher les traversées de retour. Mais dans ces cas, nous nous appuyons sur le seul véritable habitant de l'île.

CALA BRIGANTINA - PUNTA VARDELLA

En arrivant à Palmarola sur votre gauche il y a le Faraglione di Mezzogiorno, sur la droite Punta Vardella. Cala Brigantina: ainsi nommée car elle offrait aux voiliers un mouillage au mouillage. Palmarola était encore la base des pirates barbaresques au XVIIIe siècle. Dans cette zone, de l'automne au printemps, des centaines de goélands argentés y vivent et le faucon pèlerin y niche.

SCOGLIO SUVACE

Dit de la forme du poisson sovace semblable à la sole.

LA FORCINA

La Forcina: «le grand passage de l'épingle à cheveux (Forcina)» présente un intérêt géologique considérable: les stratifications et coulées de lave sont facilement lisibles. Grotta del Gatto: à l'intérieur il y a une infiltration d'eau douce. Accessible avec un petit bateau. De Forcina à Cala Tramontana milles 1 - 10 minutes. Scoglio "Sparmaturo": forme similaire à un épandeur.

PUNTA TRAMONTANA

Une fois le rocher «Scuncillo» contourné, ainsi nommé pour sa ressemblance avec un coquillage, c'est le scénario qui apparaîtra: à droite les rochers «I Piatti», devant les rochers «Le Galère».

CALA TRAMONTANA - LA CATTEDRALE

Punta delle "Brecce": extrémité de l'île (nord). En raison de la difficulté, le passage pour les petits bateaux n'est pas recommandé. Il est conseillé de faire le tour de la pile et de s'arrêter pour admirer la "Cathédrale". La cathédrale est ainsi appelée en raison de la similitude de la roche (avec piliers, arcs brisés, contreforts) avec une cathédrale gothique. A Ponzese, la cathédrale actuelle s'appelait "I Senghe ì Tramuntana" (fentes de vent du nord). De Cala Tramontana à Cala del Porto, il faut 0,5 miles 5 minutes.

LE GALERE

Les rochers sont tachetés d'obsidienne, noir sur ocre, nulle part en Méditerranée le verre de lave n'apparaît dans cet arrangement de maquis. Obsidienne de verre pur, à l'état naturel, noir très brillant. L'homme primitif en a fait des pointes de flèches, des haches, des couteaux, des grattoirs. L'obsidienne extraite à Palmarola a été traitée à Ponza et Zannone où des restes ont été trouvés, et très probablement, transportés vers le Circeo.

CALA DEL PORTO

Seul port sûr de l'île, pour toute difficulté, rendez-vous dans cette zone (contact radio avec Ponza - station de bateaux réguliers pour Ponza - port). Sur la plage, il y a deux restaurants, et il est possible de passer la nuit à Palmarola dans l'une des maisons troglodytes, creusées dans la roche par les premiers colons - les agriculteurs qui vivaient sur l'île.

FARAGLIONE S. SILVERIO

Sur le faraglione, construit par les Ponzesi, il y a la chapelle S. Silverio, avec la statue du saint et la lampe à huile, que les fidèles gardent constamment allumée.

SCOGLIO PALLANTE

A la sortie de la grotte - passage du midi, (accessible par bateaux de taille moyenne) vous trouverez la cheminée " Pallante ", résidence favorite d'une rare colonie de puffins.

SCOGLIO IL FUCILE

Au fil des années, l'île a subi et subit des transformations majeures dues à l'érosion marine et éolienne. La pièce centrale qui rejoignait l'arche naturelle s'est effondrée à cause d'une forte tempête en novembre 1966.

Excursions Ponza

Aucun séjour à Ponza n'est complet sans un tour classique de l'île, un tour des côtes insulaires pour admirer les couleurs de la mer, les petites baies et les splendides grottes.

Excursions Zannone

La petite île Zannone est la seule des îles de l'archipel Pontien à ne pas être d'origine volcanique. Depuis 1979, il est annexé au parc national du Circeo.